ALERTE...ALERTE...ALERTE ...ALERTE... ALERTE

16/02/2015 15:23

PRINTEMPS 2002 TENTATIVE D ASSASSINAT A BEAUMONT DE LOMAGNE

CHRISTOPHE MARTIN EST POIGNARDE

A cette époque, Christophe MARTIN , né lui aussi en 1979 comme Alexia, est une des "petites terreurs locales".

Ce mardi là, vers midi, la sonnette de mon domicile retentit. J'étais à mon bureau plongé dans mes dossiers personnels, le mardi étant depuis toujours mon jour de repos.

J'ouvris la porte et là, un homme affolé me dit :"vite, vite, docteur, il est blessé, on l'a poignardé...".

En effet, de l'autre côté de la rue, à la porte de mon cabinet, se tenait un jeune homme soutenu par deux autres. Dans la lumière blanche de cette matinée ensoleillée, je vis briller dans le dos du blessé une large tâche rougeâtre.

Je traversai vivement la rue, fis rentrer le blessé qu'on allongeait sur la table d'examen. Là, ce jeune homme, s'évanouit et fit un arrêt cardiaque. Je le réanimai illico. Je découvris qu'il avait été largement ouvert à l'arme blanche, la blessure laissant entrevoir ses organes abdominaux.

Je le sécurisai, le perfusai et organisai un transfert au Centre Hospitalier de Montauban où il était opéré en urgence.

Je pris régulièrement de ses nouvelles; le jeune homme était sauvé. Le vendredi suivant, profitant d'être sur Montauban, j'allais lui rendre visite à l'hopital.

J'ouvris la porte de sa chambre. Il était assis, en tailleur, une revue à la main.

A ma vue, son visage s'éclaira. Je m'assis auprès de lui. Il n'en finissait pas de me remercier de lui avoir sauvé la vie.Je lui dis :"J'ai fait mon devoir, Christophe, je suis très heureux que tu t'en sois sorti...".

Mais il me semblait dans ses pensées et là, d'un seul coup, il me dit :"Docteur, il faut que je vous dise; quand votre fille est morte, j'étais là bas au Aucamville, ce soir là...!!".

Imaginez ma stupéfaction. "Vas y Christophe, raconte moi tout et dans le détail s'il te plait".

Ce jeune homme était dans  une position qui n'ouvrait pas, me semble-t-il, la voie au mensonge.

Et il commença son récit. "J'étais allé voir mon père qui habite Aucamville. C'était après 19heures, quand je suis repassé dans le village en rentrant sur Beaumont, que mon pote ALVARO m'a arrété en face du café du village. Il me dit :"...il y a un gros "carton", je rentre de Toulouse, ya des bleus partout, rentre avec moi, allez on rentre à Beaumont...". Il avait l'air tout excité, énervé... J'étais un peu étonné car sa voiture garée sur le pont bascule avait le nez dirigé vers Toulouse... Bizarre s'il revenait de Toulouse..?!... Bref, ALVARO est monté dans sa voiture et on est rentré ensemble sur Beaumont de Lomagne. On est passé devant l'accident, il y avait du monde partout, des pompiers, des flics... et puis, quelques kilomètres plus loin, avec ALVARO on a fait la course...."

"Pardon, qu'est ce que tu racontes, vous passez devant un gros accident, il y a des morts et des blessés et vous ne trouvez pas mieux que de faire la course?"

"Oui, je sais, j'ai honte, mais c'est comme ça, ALVARO était énervé, il était pas comme d'habitude...".

"Et après Christophe?"

"Après, à Beaumont, on est rentré chacun chez soi..."

"Et vous n'en avez plus jamais reparlé? ALVARO n'a rien dit d'autre, le lendemain, après ou plus tard? "

"Non, non, on n'en a plus parlé. C'est après que j'ai appris que c'était votre fille. On n'était pas pote, mais je la connaissais, on avait le même âge, ça choque..., je vous comprends..."

"Et tu as attendu tout ce temps pour m'en parler. Il a fallu qu'on veuille te tuer, qu'on te poignarde, que je te sauve la vie pour m'en parler?..."

"Oui, je sais , je sais, j'ai honte...".

"Et ce type qui a voulu te tuer, qui c'est? et pourquoi? Allez Christophe, raconte moi....".

"C'est une frappe, un voyou, il a braqué, il trafique..."

"Qu'est ce que tu lui as fait? "

"Ben rien, c'est lui... il arrétait pas de me provoquer dans Beaumont, au bistrot. Il m' a braqué la bagnole, il a volé mes cannes à pèche. Il narguait. .. Quand je me suis énervé, vous me connaissez, je suis vif, et ben, il m'a ouvert... CASH..."

Je quittai Christophe sur son lit. J'étais un peu abasourdi et plein de questions me venaient à l'esprit. J'informai le Juge d'instruction de cet évènement. Les semaines et les mois passèrent, Christophe MARTIN que je croisais régulièrement ne changeait pas de version. Un jour, alors que nous discutions, bien entendu toujours de cette affaire, Christophe me dit :"Docteur, c'est bizarre, juste après le drame ALVARO est reparti vivre en Espagne..."

Ce n'est que plus tard, bien plus tard, lorsque, après le prononcé de NON LIEU, j'ai pu récupérer l'entier dossier de procédure que j'appris que Christophe avait été en espagne rendre visite à ALVARO.

C'était dans l'été 2003. Il a fallu que je m'énerve un peu pour qu'enfin Christophe MARTIN soit entendu par le Major BOISSONNADE, le 31 mars 2004 (D1573).

Cette côte est restée sans suite, sans lendemain. Aucun élément n'a jamais été exploité.  Et pourtant!...

ALVARO était un petit délinquant local, appartenant à la Communauté du Patriarche, largement répandue à Beaumont de Lomage à l'époque. ALVARO était reputé pour consommer du shit voire dealer...

Pourquoi les enquêteurs n'ont ils pas vérifié quel était l'environnement relationnel de cet individu?

ALVARO connaissait il Hervé DUVAL?

Souvenons nous du rapport d'autopsie de Mr DUVAL: "suicidé" Le 3 avril 2001 à 2h15, à la page 3 on lit :"au niveau du dos, dans la région scapulaire droite: un tatouage correspondant à une feuille de cannabis..."

Que faisait ALVARO à Aucamville au soir de ce 30 mars 2001?

Pourquoi était-il surexcité, et qu'il eut besoin de faire la course avec MARTIN?

Après son audition, Christophe MARTIN disparut de Beaumont de Lomagne et on n'en entendit plus parler... jusqu'à cet été de 2005...

Je suivais le cortège de la retraite au flambeau, très ancienne coutume pour la fête votive locale.

Quelle ne fut pas mon étonnement lorsque je surpris mon ancien associé et néammoins Maire de Beaumont en train d'embrasser, tout sourire, la mère de Christophe MARTIN, employée à la Maison de Retraite locale.

Bien sur, cela ne manquâ pas de m'intriguer. La maison de retraite étant un puits d'information, je m'informais auprès des collègues de cette dame. C'est ainsi que j'appris que "Monsieur le Maire avait placé Christophe MARTIN sur un emploi contractualisé dans une base de loisirs de Dordogne..."

Nous reviendrons plus tard sur le comportement de Monsieur le Maire de l'époque dans cette affaire...

Comme il n'est jamais trop tard pour bien faire, un jour viendra où il faudra bien interroger OLER ALVARO...









Contact

TU ETAIS AUSSI CHARLIE ALEXIA
née le 11 octobre 1979
décédée le 30 mars 2001